Skip to content
Advanced features of this website require that you enable JavaScript in your browser. Thank you!

Complications de la deuxième phase

Pendant la phase dite de vagotonie (de quelques jours à quelques semaines), selon l'emplacement de l'œdème cérébral, l'intensité antérieure du conflit, le nombre de conflits, les complications sont de deux types :

1. Vertiges, céphalées, nausées, contractions musculaires, diplopie (perception de deux images d'un même objet), perte de sensibilité, perte d'une fonction (vue, ouie, parole, locomotion, etc).

Tous ces symptômes disparaissent rapidement à condition de ne pas retomber dans un conflit qui oblige l'organisme à reprendre le combat (sympathicotonie).

2. Dysfonctionnement du centre du rythme cardiaque ou infarctus (si le conflit a duré plus de huit mois avant d'être solutionné), paralysie, perturbation cérébrale plus ou moins importante dû à l'extension de l'œdème.

Dans la plupart de ces cas, il convient d'éviter de paniquer et de bien comprendre qu'il s'agit d'un travail de réparation du corps.

Afin d'éviter le maximum d'inconvénients pendant la phase vagotonique (les liquides augmentent dans le corps et le cerveau), il est nécessaire de s'abstenir d'alcool, de sucreries, d'exposition de la tête au soleil ou à une source de chaleur (douche trop chaude, casque pour permanente, sèche-cheveux), de consommation exagérée de liquide, d'avoir la tête plus bas que le corps.

Dans certains cas, plus rares, il sera conseillé de placer un sac de glace sur la tête, de boire une tasse de café fort (pour réduire la vagotonie, le café est sympaticotonique).

Pour les inconvénients les plus importants, l'utilisation judicieuse de la cortisone sera conseillée.

 

Exit mobile version